Hombori – Douentza : trois premiers jours difficiles

Publié le

On nous avait prévenus : anti-moustique en 5 exemplaires, des médicaments pouvant guérir un village entier et surtout des précautions parce que dans le nord du pays…ça craint ! Au lieu de ça, j’attrape la crève par surprise, on ne récolte que de larges sourires en récompense de nos coups de pédales et la sécheresse totale de cette région rend impossible la survie d’un seul moustique…
 
On ne s’attendait pas à ça. Un excès de confiance et d’excitation à monter de nouveau nos fidèles montures nous en a fait oublié l’essentiel : prendre de la nourriture dès que possible. Nous partons avec une maigre réserve de riz et de pâtes et quelques morceaux de pain. Sur la route, nous ne trouvons rien à manger à part de malheureux biscuits secs sans goût.

undefined
Avec ou sans rhume, garder la classe...


1er JOUR : LA DECOUVERTE !

Hombori est village au milieu de sortes de pics rocheux de plus de 1000m d’altitude. Ceux-ci rivalisent de beauté avec ceux de l’Arizona (est-en Arizona ??). J’ai du mal à apprécier le spectacle tellement ma crève m’a mis à plat. J’ai chaud, très chaud et au moindre coup de vent je grelotte de froid. Le moindre mouvement me fatigue mais je me force à avancer lentement parce que rester à l’ombre d’un arbre et attendre n’arrangera rien.
Le 1er jour est aussi la découverte des bonjours. "Salam Aleikoum, ça va bien", etc. qui s’échangent à chaque personne rencontrée. Un accueil déjà vécu au Maroc mais ici absolument tout le monde nous salue avec un large sourire même de très loin. Les enfants se précipitent vers nous en criant « toubabou ! toubabou ! » (un blanc ! un blanc !)

undefined
Christophe et ses nouvelles copines.

undefined
Le far west ? Non, les roches d'Hombori.

undefined
Une route qui invite à la méditation.



2ème JOUR

Nos réserves d’eau s’épuisent et le riz sans sel c’est vraiment pas bon…Nous nous renseignons sur la prochain « alimentation » (épicerie). Mais les réponses nous laissent perplexes. Il devient une évidence qu'on n’en trouverons pas dans les petits villages bordant la route. Mais on trouvera plus surement de l’eau. 
A l’entrée du village il faut saluer les anciens qui semblent surveiller les allers et venues. Ensuite on se présente au chef, soit c’est lui qui vient à nous. Il faut alors se saluer pendant une bonne minute en s’échangeant des « ça va, ça va bien, la famille tout va bien, etc. » en se serrant la main avec franchise. On nous conduit ensuite au forage grâce auquel le village survit. Certains se lavent, les enfants jouent, d’autres s’occupent de remplir des jerricans de 20 litres d’eau. 

undefined
Un village sur la route. Ce n'est pas ici que nous trouverons des Vache Qui Rit... 


Nous quittons ce village qui nous a paru d’un autre temps, non sans avoir demandé où acheter à manger. Hélas, rien. Absolument rien à manger mis à part de malheureux biscuits secs. On prend alors conscience que la nourriture va être la vraie contrainte de notre voyage.
Le soir, à 18h30, le campement est monté et nous sommes prêts à dormir. Nous commençons à pédaler dès l’aube. Je me shoot au Fervex et aux antibiotiques dans l’espoir que ma crève passe. Elle m’épuise et voilà seulement deux jours de vélo de passés. 
undefined
Le repos des guerriers.

undefined
Région de Hombori, à faire pâlir Sergio Leone.


3ème JOUR
 
Il ne nous restait plus que 20km jusque Douentza mais une petite réparation de crevaison retarda notre arrivée. Nous atterrissons finalement dans une ville. Enfin nous pouvons acheter des provisions : pâtes, riz, sardines en boîte et dattes. Repos pour aujourd’hui car demain c’est de la piste et du sable en direction du pays Dogon.

undefined
Tout près de Douentza

Publié dans Mali

Commenter cet article

francois 02/02/2008 13:25

bon courauge , pense que nous c'est le froid , mais c'est vrai nous sommes obligé de pedaler .les paysages sont vraiment surprenants , a part les copines a Crhistophes !! on as les memes ici.A+ papa

Clément 01/02/2008 21:34

Wahou !C'est vrai que les photos sont impressionantes.Bon courage pour la suite, et vive Fervex !